mardi 15 juillet 2014

Mondes virtuels (2005-2006)

I. - Blog
 
 (note rédigée les 11/14 février 2005)

 
Selon une information donnée hier à la télévision française, 2000 nouveaux blogs seraient mis en ligne tous les mois. Cette estimation ne précise pas s'il s'agit de la France ou du monde. De la France, sans doute. Car le moteur de recherche Google indique 173 millions d'entrées pour le mot "blog" sur le World Wide Web. Ce qui ne signifie pas pour autant qu'il y ait le même nombre de carnets personnels en ligne. Dans la foulée, le magazine Tracks (Arte) de cette semaine a diffusé l'interview d'une blogueuse parisienne. Sa tasse de café à la main, elle dit que si, par le passé, on ne documentait que la vie des grands, rois et reines, le public d'aujourd'hui s'intéresse plutôt à la vie quotidienne des - petites - gens. Et de publier la liste de ses courses.
Le phénomène des blogs m'était apparu lors de la guerre en Irak avec le journal d'un certain Salam Pax à Bagdad, qui mettait en ligne ses observations dans la perspective d'une attaque massive des Américains sur sa ville. Je tenais à l'époque (printemps 2003), un mois durant, un "journal de guerre" : c'était le compte rendu de ce que j'entendais à la télévision et à la radio françaises sur les événements en Irak, assorti de réflexions et de sentiments personnels. Dans ce cadre, j'avais publié des extraits de Dear Raed alors que les journaux doutaient encore de l'identité du rédacteur. Quelque temps plus tard, Salam Pax est (ré-)apparu sur la scène médiatique avec son journal sous la forme d'un livre, levant ainsi les doutes grâce à "l'autorité de la chose publiée".
Aujourd'hui, et même au printemps 2003 déjà, le phénomène des blogs a pris de l'ampleur. J'ai l'impression que cette nouvelle forme de "libre expression", pour bénéfique qu'elle soit, n'échappe pas à la critique émise naguère, quand le "bloc de l'Est" existait encore : dans nos contrées, on peut en effet dire ce que l'on veut, mais dans la cacophonie ambiante on ne s'entend plus parler. - En août 2003, le Monde Diplomatique a publié un papier assez instructif sur le phénomène. L'article de Francis Pisani (journaliste à San Francisco) commence par un historique :

mardi 25 février 2014

Nécro (2003)

Billet écrit le 25 février 2003
"Nécro"
- T’as entendu ? il est mort !
- Qui ça ?
- Blanchot.
- Connais pas...
- Quoi? tu connais pas? t’as pas lu L’Arrêt de Mort ?
Etc. Un dialogue de nécrophiles. De préférence sur une tombe du Père Lachaise...
- T’as vu, on est sur Balzac !
 - ...?!?
Puis nos deux nécrophiles se retrouvent dans une brasserie devant leurs bières, et le dialogue se poursuit:
 - ...Alors, ils m’ont collé la nécro de Blanchot...!
- C’est qui ça...?
- Je viens de t’en parler, sur Balzac...
Mais prenons plutôt deux critiques littéraires pour poursuivre ce dialogue. Ils se vouvoient. C’est l’usage. Cherchez la femme...
- ...La nécro de Blanchot...? Vous l’avez connu...?
 - Très peu... Et je l’ai très peu lu, surtout...
- Alors comment vous allez faire...?
 - J’ai demandé à un camarade...
Deux cigarettes plus tard:
- C’est dur de mourir...
À quatre-vingt-quinze piges ?
-  À propos de piges, je voulais vous demander : Jean-Pierre Miquel, vous l’avez bien connu...?

mercredi 1 janvier 2014

1957/1977. Chronologie des révoltes de la jeunesse

Voici une chronologie succincte, lacunaire et certainement subjective, présentant une série d'événements très divers et d'importance inégale qui, chacun à sa façon ou à son niveau, auront marqué l'époque des révoltes de la jeunesse. - Cette première partie commence en 1957, douze ans après la fin de la Seconde guerre mondiale et ses 50 à 60 millions de morts estimés, douze ans après la libération des camps de concentration et le déclenchement de la foudre atomique. Et nous sommes en pleine guerre froide...

1. - 1957 / 1967

1957 - USA. Viking Press publie le roman autobiographique On the Road (Sur la Route) de Jack Kerouac, figure emblématique de la Beat Generation.

1957 - Paris. Un hôtel délabré du Quartier latin (au 9, rue Gît-le-Cœur) est choisi par les poètes Allen Ginsberg et Peter Orlovsky, puis par Gregory Corso, William Burroughs et d'autres amis comme point de chute, ce qui lui vaudra le surnom de Beat Hotel.

1957 (16 janvier) - Liverpool. Ouverture du Cavern Club, l'un des berceaux mythiques de la musique pop.

1957 (25 mars) - Rome. Signature des traités instituant la Communauté économique européenne et la Communauté européenne de l'énergie atomique, qui entreront en vigueur le 1er janvier 1958.

1957 (juillet) - Cosio di Arroscia (Italie). Création de l'Internationale situationniste.

1957 (25 juillet) - Tunis. Habib Bourgiba devient le premier président de la nouvelle République Tunisienne.

1957 (26 septembre) - New York. Première de la comédie musicale West Side Story de Leonard Bernstein au Winter Garden Theatre.

1957 (3 octobre) – Berlin. Willy Brandt (SPD) devient maire de la ville (jusqu'en 1966).

1957 (17 octobre)Memphis (Tennessee). Première du film Jailhouse Rock de Richard Thorpe avec Elvis Presley.


1958L'éditeur Einaudi republie à Turin Se questo è un uomo (1947), de Primo Levi qui raconte, dans un langage sobre et sans haine, sa captivité à Auschwitz (1943/45), réussissant - paradoxalement ! - à communiquer l'indicible horreur concentrationnaire. L'auteur mettra fin à ses jours en 1987 et il faudra attendre l'année de sa mort pour lire la première traduction française de cette œuvre majeure de la littérature mondiale  (Si c'est un homme, Paris, Julliard).

1958 (1er janvier)Annecy. Ouverture du premier magasin Carrefour.

1958 (28 janvier) – Paris / France. Sortie du film Ascenseur pour l'échafaud de Louis Malle, bande originale de Miles Davis.

1958 (27 mars)Moscou / URSS. Après le limogeage de Nikolaï Boulganine, Nikita Khrouchtchev obtient les pleins pouvoirs en Union Soviétique.

1958 (13/19 mai) – Alger. Création d'un comité de salut public conduit par le général Massu, avec la participation du général Salan qui lance un appel au retour du général de Gaulle. Celui-ci se déclare « prêt à assumer les pouvoirs de la République ».

1958 (29 mai)Paris / France. René Coty, président de la République, fait appel à Charles de Gaulle, qui accepte de former un gouvernement. Il est investi le 1er juin par l'Assemblée nationale.

1958 (4 juin)Alger. Le Général de Gaulle tient un discours où il prononce sa célèbre formule « Je vous ai compris », très ambiguë, puisqu'elle s'adressait apparemment à toutes les parties engagées dans le conflit.

1958 (27 novembre)Moscou. Ultimatum de Khrouchtchev aux alliés occidentaux (France, Grande Bretagne, USA) occupant Berlin-Ouest : sous prétexte de vouloir mettre fin au statut quadripartite de la ville, il vise surtout à l'intégrer entièrement à la zone d'influence soviétique. Cet ultimatum ne sera pas suivi des faits et prendra fin au bout de six mois.